La deuxième édition du salon « Made in France, Made in Vosges » se tiendra à Épinal, les 7 et 8 avril. Deux thématiques seront mises à l’honneur : le zéro déchet et le vélo. L’occasion pour les visiteurs de s’interroger sur le pouvoir qu’ils ont en tant que consommateurs.

« Il y a la théorie et il y a la pratique » explique Nicolas Morvan, organisateur du salon et dirigeant de l’entreprise Eventail Production. « On a le choix d’acheter des produits locaux ou d’acheter à des entreprises qui ne paient pas leurs impôts en France et dont le siège social est délocalisé ! » Le consommateur d’aujourd’hui est mieux informé et se laisse moins manipuler par la publicité que celui d’hier. Il est davantage conscient des enjeux planétaires. Il a des convictions. Il peut faire un geste militant, acheter local et avoir un impact sur son environnement, en favorisant l’emploi et le développement économique, en réduisant le transport de marchandises, en finançant des services publics.

Cessons de penser que le made in France est forcément plus cher. Au salon, on découvre, on s’informe. On rencontre les producteurs dans les domaines de l’alimentaire, l’habillement, l’habitat, l’équipement de la maison, l’artisanat d’art : bijoutiers, souffleurs de verre, céramistes, l’hygiène, la littérature, les loisirs. Mieux que quiconque, ils racontent leur savoir-faire, leurs produits et les emplois qu’ils créent chaque jour.

Faire soi-même

Évidemment, qui dit consommation locale pense aussi alimentation. Vaut-il mieux acheter dans la grande distribution un produit qui a déjà vu passer quatre intermédiaires ou acheter directement un produit bio chez un petit producteur ? Pas sûr que le deuxième produit soit le plus cher. Beaucoup de consommateurs achètent du miel du Sud de la France voire chinois alors qu’il y a des apiculteurs dans les Vosges, notamment à Saint-Baslemont et qui produisent d’excellents produits. Idem pour les jus de fruits produits à Doncières (et non au bout du monde). Les glaces et sorbets du GAEC des basses à Cleurie proposent un large choix de parfums qui n’a rien à envier aux glaces industrielles de grandes surfaces mais qui sont élaborées artisanalement avec le lait et la crème de la ferme.

Vaut-il mieux acheter ses cosmétiques au supermarché ou acheter des savons qui durent trois fois plus longtemps à une entreprise vosgienne comme Entre bulles et Voge située à Dinozé ? Fleurs de peau à Blénod-les-Toul fabrique des cosmétiques naturels et écolo à partir de sa propre culture de plantes médicinales labellisés « Nature et Progrès ». Une autre piste intéressante ! Les plus audacieux pourront se lancer dans le DIY (do it yourself) : des animations sont proposées tout au long de ce week-end pour apprendre à fabriquer des produits courants comme la lessive, le shampoing ou les tablettes de lave-vaisselle et même à recycler son vieux t-shirt pour en faire un cabas sympa. Des réflexions sont menées sur les systèmes d’échanges locaux et les réseaux de troc.

Le vosgien Théotime, ancien aventurier de Koh-Lanta viendra parler de son expérience de gérant de food-truck. En outre, un parcours vélo et des tables rondes autour de la place du vélo en ville permettront au public de s’interroger et d’essayer à l’intérieur les nouveaux vélos à assistance électrique. 88 entrées pour 2 personnes sont à gagner sur le site. Alors, prêts à changer ses habitudes de consommation, prêts à faire un pas pour devenir un véritable acteur économique conscient et responsable ? Il est encore temps !

Muriele Charlet-Dreyfus

INFOS PRATIQUES

Vendredi 6 avril 19 h : diffusion du film Des clics de conscience suivi d’un débat au Palace

Samedi 7 avril 14 h à 21 h

Dimanche 8 avril 10 h à 18 h

Centre des congrès, Épinal

Tarifs : 2 €, gratuit pour les mineurs

www.salon-madeinfrance.fr