Les Défis du bois 3.0 de l'ENSTIB, font leur retour à Épinal.
- Publicité -web-nx-docks-mini

L’ENSTIB, Ecole Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois à épinal lance sa 14e édition des défis du bois. L’occasion pour des étudiants de se frotter aux réalités de la fabrication d’une structure en une semaine top chrono.

« Il y a quelques années, se souvient Laurent Bléron, directeur de l’ENSTIB, les étudiants construisaient des structures éphémères amenées à durer un été. Depuis trois ans, celles-ci sont pérennes et sont programmées pour rester au moins dix ans. Elles sont plus élevées qu’avant, ne nécessitent plus de matériel portatif et sont donc créées au sein de l’école. »

L’année passée, les élèves avaient réalisé des swing case, pour le campus de l’école Polytechnique de Palaiseau. Un véritable défi architectural et artistique. Cette année, les structures seront démontables afin de faciliter leur acheminement par camion.

Ils sont dix équipes de cinq étudiants, en général deux élèves en master architecture bois construction, deux élèves ingénieurs et un compagnon du devoir. Caroline Rogaume, enseignante responsable du master ABC (Architecture Bois Construction) explique : « Chacun a un rôle de responsabilité à jouer : le casque bleu s’occupe de la communication ; le rouge, de la sécurité ; l’orange, de la gestion des matériaux ; le vert, de l’environnement et le jaune de l’outillage »

Brendan Goux, 24 ans, compagnon du tour de France, va devenir formateur en septembre. Depuis janvier, les défiboiseurs connaissent le sujet de ce nouveau défi. Ils ont travaillé en amont, se sont rencontrés lors de deux week-ends, ou ont pu se parler via des conférences vidéo pour ceux qui habitent le plus loin.

Ils ont eu le temps de tout préparer virtuellement, sur papier. Dans l’équipe de Brendan, comme un des élèves architectes est allemand (certains élèves proviennent des pays frontaliers), la communication se fait en anglais, ce qui ne lui pose pas problème puisqu’il a passé une année d’apprentissage en Angleterre.

« Les rapports humains sont plutôt cools. Plein de corps de métier se mélangent. Les archi ont souvent des idées un peu folles : ils ne pensent pas à l’ouvrier qui doit réaliser !  Ici, chacun apporte de soi pour faire évoluer le projet. Ces défis sont une expérience enrichissante, géniale que je conseille à tout le monde ! »

A l’ENSTIB, ces défis représentent un temps fort de la scolarité et certains étudiants choisissent ce master (qui compte d’ailleurs comme une unité d’enseignement) pour cette raison.

« Les deux dernières nuits sont souvent blanches et ils pleurent en se quittant », raconte le directeur. Les matériaux utilisés sont du bois local provenant des scieries alentour, épicéa, mélèze mais aussi du zinc, des membranes EPDM, il n’y a pas d’obligation particulière.

Les étudiants (en moyenne âgés de 22 à 25 ans) sont encadrés par leurs professeurs qui suivent l’évolution de leur projet durant toute la semaine. Le budget de 200 000 euros est obtenu via des subventions régionales, départementales, municipales, des sponsors et des mécènes privés. Durant toute la semaine, l’école sera ouverte au public et les étudiants seront logés sur place. 


300 élèves des écoles primaires visiteront le site et voteront pour leur structure préférée. « Plus tard, je viendrai étudier dans ton école ! » promettent certains à Caroline Rogaume en charge de l’accueil des scolaires. Il y aura des expositions, des conférences, beaucoup de bruit, de stress mais aussi de joie durant cette semaine !

Murielle Charlet-Dreyfus

Conférences

  • Mardi 22 mai 20 h Conférence sur la transition numérique chez les compagnons par Jocelyn Gac.
  • Jeudi 24 mai conférence sur les traces de Bougainville par Frédéric Pautz, directeur des jardins botaniques du grand Nancy.

Les Défis du bois

Du 19 mai au 26 mai, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h

Campus de l’ENSTIB

www.defisbois.fr