Le Golden Driller, dernière attraction record du parc Fraispertuis
© DR

Elle était attendue, la voici bientôt opérationnelle. Le Golden Driller, nouvelle attraction du parc vosgien Fraispertuis, se dévoile aux visiteurs début juin 2017. Gargantuesque, cette tour vous propose une descente en chute libre à plus de 90km/h… Un nouveau record à la clé pour le parc d’attractions, qui ne cesse de se renouveler d’année en année.

L’an dernier, Fraispertuis-City a fêté ses 50 ans. Un demi-siècle d’existence pour le parc de loisirs implanté à Jeanménil, en plein coeur des Vosges : il fallait bien marquer le coup. Pour sa dernière attraction, le moins que l’on puisse dire, c’est que le parc a vu les choses en grand. Haute tour de 66 mètres, le Golden Driller a de quoi faire parler de lui puisqu’il devrait établir un nouveau record du monde : celui de la plus haute chute libre en position debout. Une aubaine pour les amateurs de sensations fortes, qui pourront choisir entre quatre positions : une assise, une assise avec un effet bascule, une position sans sol (à califourchon) et une debout sur la plate-forme. « Il y a quatre nacelles, pour quatre sensations différentes », explique Sophie Jacquot, responsable de la communication du parc. « Deux nacelles sont accessibles à partir de 1m20, les deux autres à partir de 1m40 », détaille-t-elle. 

Si le record est homologué, ce nouveau manège à sensations devrait s’inscrire dans la longue liste des récompenses déjà obtenues par le parc ces dernières années. En 2011, la création de Timber Drop lui a valu son premier record du monde de la chute la plus inclinée, et cette attraction détient encore en 2017 le record d’Europe avec une inclinaison de 113°. En 2016, la revue Kirmes & Park classe Fraispertuis en 9e position européenne dans la catégorie Meilleur Parc à Thème de moins de 1 million de visiteur annuel. Trip Advisor l’a aussi classé à la 6e place des meilleurs parcs d’attractions français ! 

Un hommage aux pionniers du pétrole

L’originalité de ce parc d’attractions vosgien, c’est bien sûr sa thématique. « Chaque attraction rappelle le Far West », indique Sophie Jacquot. A Fraispertuis, on explore l’Amérique sous toutes ses coutures. Vous pouviez déjà chevaucher les Taureaux Sauvages ou les Bisons Rusés, vous installer dans le Pony Express, grimper dans les wagonnets du Grand Canyon, ou découvrir la crique des pirates sur des embarcations armées de canons à eau. Le Golden Driller n’échappe pas à la règle et s’inscrit dans ce folklore américain. 

Pour réaliser le décor de cette attraction, le parc s’est inspiré d’une statue de 23 mètres de haut, située à Tulsa en Oklahoma. Erigé en 1966, le Golden Driller original représente un ouvrier du pétrole. La statue a été édifiée à l’occasion d’une grande exposition internationale, pour rendre hommage aux hommes de l’industrie pétrolière. Une réplique de cette imposante structure a été construite juste devant l’attraction. Un clin d’oeil qui a plu aux représentants du comté de Tulsa, puisque plusieurs d’entre eux seront présents lors de l’inauguration, prévue le 30 juin. 

Un renouvellement constant

Incontournable aujourd’hui, Fraispertuis a fait du chemin depuis ses débuts. Sa création même, à Jeanménil, était loin d’être une évidence. On la doit à Michel et Simone Fleurent, couple originaire de Meurthe-et-Moselle. En 1966, le couple a fondé une auberge à proximité du village vosgien de Fraispertuis. Quelques années plus tard, le propriétaire des lieux aurait été charmé par les roches rouges qui bordent la route d’accès au village : c’est ainsi qu’il aurait eu l’idée de créer un parc de loisirs sur le thème du Grand Ouest américain. En 1987, Fraispertuis prend vraiment le virage du parc d’attractions en accueillant le TGV, premier grand huit de l’histoire du parc. Aujourd’hui composé de 35 attractions, le parc propose chaque année, ou presque, son lot de nouveautés. 

L’innovation, c’est la clé de son succès. « Cela permet de redynamiser le parc et d’attirer toujours plus de visiteurs », explique Sophie Jacquot. Ces dernières années, ce sont les sensations fortes qui ont été mises à l’honneur : après le Timber Drop en 2011, le Golden Driller devrait contenter une clientèle friande de ce type de manèges. « On s’est rendu compte que les enfants et adolescents étaient de plus en plus demandeurs de sensations fortes » indique Sophie Jacquot. Que les moins téméraires se rassurent : de nombreuses autres activités sont accessibles en famille, à tout âge. « L’important, c’est que tout le monde y trouve son compte ! », rappelle la responsable de communication.