© YouTube/Mazda

(Relaxnews) – Si son engagement dans le développement de motorisations hybrides en partenariat avec Toyota est toujours d’actualité, le Nippon Mazda reste convaincu que les moteurs à combustion continueront à jouer un rôle prépondérant dans sa gamme jusqu’en 2035. Notamment parce que le constructeur développe un moteur à essence qu’il estime aussi propre qu’un moteur électrique – à condition de faire entrer la chaîne de distribution d’énergie dans l’équation.

Lors d’une conférence qui s’est récemment tenue à Tokyo, le chargé de la motorisation Mazda a présenté  la future technologie Skyactiv-3.

Elle prend la suite du système Skyactiv-G apparu en 2011 et du Skyactiv-X de deuxième génération, qui arrivera sur le marché en mars 2019. L’arrivée des moteurs à essence Skyactiv-X devait signaler la fin du diesel dans la gamme Mazda. Il semblerait toutefois que cela ne soit pas tout à fait vrai. Mazda prépare une deuxième génération de moteurs diesel Skyactiv-D, qui intègrera certaines des technologies développées pour rendre les moteurs à essence plus propres et moins gourmands. Le constructeur prévoit également de les proposer aux États-Unis.

Une fois les moteurs Skyactiv-X lancés avec succès, l’attention du constructeur se portera sur l’amélioration du rendement énergétique des moteurs. Cela permettra de réduire les pertes en énergie de combustion tout en augmentant la puissance redirigée vers les roues. Mazda explique cela en détail dans la vidéo de présentation de sa technologie d’autoallumage Spark Controlled Compression Ignition.

Si Mazda parvenait effectivement à faire passer le rendement énergétique de sa troisième génération de moteurs Skyactiv de 27% à 56%, cela reviendrait à abaisser le niveau des émissions de carbone à celui d’un véhicule électrique (VE). Encore une fois, il ne s’agit pas uniquement de ce que rejette le pot d’échappement. Cette affirmation prend en considération les émissions générées par l’assemblage des moteurs, un point faible des actuels VE.

source AFP-Relaxnews