© ByoungJoo / IStock.com

(Relaxnews) – Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait prévenu et c’est désormais confirmé, le malus écologique va atteindre de nouveaux sommets en 2020. Il en coûtera ainsi jusqu’à 20.000 euros de taxes pour les véhicules les plus polluants. Explication.

L’amendement n°1142 de l’article 18 relatif au projet de loi de finances 2020 prévoit un nouveau barème concernant le malus écologique à partir du 1er janvier prochain. La nouvelle grille de l’écotaxe devient applicable à partir de 110g/km de rejets en CO2, à raison de 50 euros, puis progresse de façon exponentielle jusqu’à atteindre la somme de 20.000 euros dans le cas de l’achat d’un véhicule affichant des rejets supérieurs à 184 g/km ! A titre de comparaison, en 2019 le malus écologique est d’au maximum 10.500 euros pour les voitures dépassant les 190 g/km de rejets en CO2.

Au 1er mars, le cycle WLTP remplacera la norme NEDC pour la prise en compte du malus. Le barème sera exactement le même, mais les seuils d’émission concernés passeront de 138 à 212 g/km. Au-delà de ce niveau, le malus appliqué sera donc équivalant à 20.000 euros.

Cette augmentation est destinée à accélérer la transition énergétique et dissuader les gens d’acheter des véhicules polluants selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

A noter que cette mesure s’accompagne d’une augmentation des ressources dédiées à l’aide à l’acquisition des véhicules les moins polluants, jusqu’à 6.000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique de moins de 45.000 euros.

source AFP-Relaxnews