Les meilleurs traileurs français seront réunis à Gérardmer.
- Publicité -MIB_MIROITERIE208

Depuis une dizaine d’années, notre massif exprime tout son potentiel sous les chaussures crantées des traileurs, qui apprécient ce mix équilibré entre montées éprouvantes et descentes techniques, le tout dans des conditions climatiques tempérées.

Après les Hautes-Alpes, le Puy de Dôme, et le Mercantour, c’est au tour des Vosges de recevoir la quintessence des traileurs français pour l’attribution des titres nationaux en trail court et en trail long. Pas moins de 1  500 athlètes, sur les 3 courses proposées, devraient garder de leur séjour à Gérardmer un souvenir impérissable. Tout d’abord, par le site de départ-arrivée, implanté sur les rives du lac, qui apportera aux participants et aux accompagnateurs, un confort et un cadre exceptionnel.

Intéressant notamment pour ceux qui devront « attendre » pendant les épreuves, et puis bien sûr les tracés ! Ces profils de parcours en dents de scie, qui alternent montées et descentes, exigences physiques et prudence technique, afin de durer sur la longueur de l’effort. Sans blessure. Sans baisse de régime insurmontable. Et comme les conditions de participation ne sont pas très draconiennes (finir une course sur le challenge national), aux côtés de l’élite, de nombreux amateurs vont venir rechercher cette forme d’accomplissement que seule la compétition permet d’obtenir.

Pour eux qui prennent le temps de s’arrêter aux ravitaillements, pour eux qui relèvent la tête en haut des ascensions, le massif vosgien, à l’aube de l’automne, va révéler tous ses atours. Les organisateurs, sous le contrôle de leur fédération de tutelle, la FFA (Athlétisme) ont calibré, décortiqué, imaginé des parcours mémorables. Par exemple, sur le parcours long, une première phase progressive permettra de rejoindre le Pont de Longemer et le 1er ravitaillement, avant d’attaquer par la montée du Rainkopf, puis un passage en Alsace via Mittlach.

A ce moment de la course, pour les favoris, il sera temps de se jouer le titre et accessits, sur la longue montée du Hohneck et ses 900 m de dénivelé positif. Implacable ! Mais tellement grandiose. Puis c’est dans une longue procession laïque, qu’ils chemineront, de retour vers la Perle des Vosges, via Longemer.

Et pour que cette fête de la discipline soit aussi une vitrine pour les instances, une possibilité est offerte aux débutants de se frotter au massif. Un parcours de 13 km qui rejoint la Tête de Grouvelin en partant des bords du lac sera proposé samedi après-midi. Le dénivelé positif de l’ordre de 500 m, le point culminant à 1 137 m, un départ en peloton, voilà des éléments issus du vocabulaire de la discipline qui pourraient donner envie aux débutants d’investir dans une licence au sein d’un club.

Vraiment ici tout est mis en œuvre pour favoriser la pratique de la course de montagne. On connaissait Gérardmer station de ski et station d’été, maintenant on peut ajouter ’’ station de Trail’’, un label obtenu par la mise en place d’infrastructures accueillantes pour les pratiquants (douche, vestiaire, stade pour exercices fondamentaux…) et surtout 160 km de chemins, balisés, entretenus, et classés en circuits, qui de par leurs longueurs et leurs dénivelés, sont hiérarchisés comme les pistes de ski.

Un bon moyen d’attirer les débutants, mais pas que ! Ce type de label a un impact sur les pratiquants, qui pourraient être amené à choisir un lieu de vacances en fonction de ces prestations. Cette synergie, entre le temps fort conjoncturel amené par ces Championnats et les dispositions structurelles mises en place ces dernières années, devrait faire des Hautes-Vosges, une terre de Trail reconnue et appréciée. La terre de vos exploits. Nous n’avons pas fini de voir des chamois à deux pattes arpenter le massif !

Jean-Charles Noel

Championnats de France de Trail

Samedi 16 Septembre

07 h : Départ du Trail Long 60 km pour 3 500 D+

15 h : Départ de la Geromée 13 km pour 500 D+

Dimanche 17 Septembre

09 h : Départ du Trail Court 30 km pour 1 700 D+