Ce samedi soir, au cours du match Nantes-Toulouse à la Beaujoire, Benoit Bastien aura peut-être l’occasion d’avoir recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage, si controversée lors de la dernière Coupe du Monde en Russie..

Mercredi 17 octobre, l’arbitre vosgien a donné un long entretien au quotidien sportif L’Équipe au sujet de l’introduction de la vidéo arbitrage en Ligue 1. Pour lui, le VAR (Video Assistant Referee) c’est incontestablement un plus pour les hommes en noir : « C’est un outil supplémentaire. Plus on dispose d’outils pour nous aider, mieux cela est et plus on a de chances de remplir notre mission de la meilleure des manières. »

Benoît Bastien reconnaît que la vidéo le « rassure » : « Ce qui nous tient à coeur c’est de ne pas faire d’erreur et de créer l’injustice. Quand c’est le cas, on le vit mal. Aujourd’hui, on a en quelque sorte une bouée de sauvetage qui corrigera une erreur grossière. On a l’occasion de se rattraper en direct, cela enlève une certaine forme de pression. »

Benoît Bastien relève un autre effet positif : « Les joueurs font confiance à la technologie. Une fois qu’on leur dit que la vidéo a confirmé, c’est O.K. Tout le monde a pu faire le constat de l’apaisement avec les différents acteurs. (…) Il faut laisser du temps à la technologie : Au bout de plusieurs saisons, on sera apte à porter un vrai jugement ».

En juin dernier, l’arbitre Benoît Bastien a intégré la liste élite UEFA. Il est devenu le deuxième français dans la liste des vingt-six meilleurs arbitres européens avec Clément Turpin. A 35 ans, le sifflet licencié au SAS Épinal vit sa 8e saison en Ligue 1.