Plutôt bon, Loïc Gigant n'a pas réussi à offrir la victoire au GET Vosges contre Boulogne.
© Jordane Rommevaux

Fragile du coeur, s’abstenir au Palais des Sports d’Epinal, cette saison pour suivre le GET Vosges. Pour son 26e match de la saison en Nationale 1, les hommes de Laurent Mathis ont soufflé le chaud et le froid, d’un quart-temps à l’autre. Retour sur un scénario de match dramatique pour les Vosgiens.

Le match

Tout débutait parfaitement, ou presque, pour le GET Vosges, ce vendredi 16 mars, à l’occasion de la réception de Boulogne, un concurrent direct au maintien, qui compte deux points d’avance au classement. Si les Boulonnais prenaient les commandes, dès les premières secondes de jeu (5-6, 3e), le GET Vosges reprenait la main par le biais de Bouna Ndiaye (12-10, 5e). Et la suite du quart-temps sera en faveur des locaux, beaucoup mieux en place (25-17).

Tout semblait parfaitement se dérouler pour les Golbéens, qui étaient à l’aise en attaque et offrait un jeu sérieux en défense. Le temps d’un instant, tout le Palais des Sports oubliait la saison difficile des joueurs du GET et réussissait à entrevoir une équipe compétitrice, parfaitement guidée par un « Sheed » des grands soirs. Pas encore très connu dans sa nouvelle salle, l’intérieur vosgien Rashid Gaston offrait une belle partition dans la raquette (39-22, 14e). Une avance importante que les Vosgiens perdront quelque peu en fin de quart-temps (44-34).

10 points d’avance, tout de même, pour débuter la seconde mi-temps. Beaucoup auraient signé avant le match. Seulement, cette belle avance fondra comme neige au soleil. La bonne période vosgienne était terminée, place à Boulogne qui faisait son retard en 5 minutes (50-51, 25e). C’est sur un score nul que les deux équipes se quitteront, avant l’ultime quart-temps (65-65).

Une période que les Vosgiens ne parviendront pas à tenir. Ils s’inclinent 69-79 et voient leur situation s’assombrir.

Les stats

Seules satisfactions de la rencontre, les bons matchs individuels de Rashid Gaston (17 points, 13 rebonds) et du capitaine Loïc Gigant (13 points, 5 rebonds, 3 passes).