© ERIC PIERMONT / AFP

(Relaxnews) – 322.000 visiteurs sont attendus au Bourget du 17 au 23 juin prochains pour le plus grand rendez-vous mondial de l’aéronautique. Les professionnels répondront à l’appel, autant que le public qui est attendu pour observer de près les nouveaux maîtres du ciel. Voici les quatre aéronefs qui susciteront l’intérêt. 

> l’A380

Quatre mois après l’annonce de la fin de production du plus gros avion commercial du monde, l’A380 attirera inévitablement les regards. Les spectateurs auront la curiosité d’assister au vol de ce géant des airs lors d’une démonstration sur le tarmac du salon du Bourget. L’A380 a effectué son premier vol en 2005, peut accueillir jusqu’à 853 passagers et avaler 14.800 km sans escale. Que les curieux se rassurent, ils verront encore des A380 dans le ciel après le Bourget. Les livraisons dureront encore jusqu’à 2021 ; la compagnie Emirates attendant de recevoir de nouveaux superjumbos. L’A380 était symbolique du succès du transporteur de Dubaï, qui complétera désormais sa flotte avec des A350-900 et des 330-900. 

> Vahana et Passenger Air Vehicle, les taxis volants d’Airbus et de Boeing

Il ne sera pas à découvrir dans les airs, mais on pourra approcher l’un des derniers projets futuristes d’Airbus : son taxi volant et autonome. Sa commercialisation est prévue pour 2020. L’aéronef qui décolle sans pilote a déjà passé avec succès des essais, dont un vol complet en mars dernier. Grâce à des rotors basculants, Vahana est capable de décoller à la verticale comme à l’horizontale. Toutefois, il sera encore trop tôt pour présenter une démonstration en vol au public. Boeing ne ratera pas le coche pour montrer que le constructeur s’inscrit lui aussi dans la course à la technologie. Son projet Passenger Air Vehicle disposera lui aussi d’un espace d’exposition. 

> Boeing 787-900

La compagnie aérienne Air Tahiti Nui effectuera des démonstrations en vol de son dreamliner 787-900 les après-midi des 17 et 18 juin prochains. Sa carlingue imprimée des fameux tatouages polynésiens embellit le dernier-né de la nouvelle génération Boeing. Suite aux accidents des 737 Max survenus l’hiver dernier, désormais interdits d’espace aérien en Europe, le public sera sans doute curieux d’observer Boeing. Cet appareil pourrait bien redorer le blason du constructeur américain auprès des visiteurs venus au Paris Air Show. Le dreamliner se vante de consommer 20 à 25% de carburant de moins que les bi-couloirs et d’être le premier à être équipé de freins électriques. A bord, l’hydrométrie a été repensée pour rendre l’air plus sec tandis que les fenêtres sont 65% plus grandes qu’un avion de même taille. Ce sont désormais les plus grands hublots du marché.

> Le drone autonome Skeyetech

Si les visiteurs devront ronger leur frein cette année encore en apprenant qu’aucun drone ne proposera de démonstration de vol au Bourget, la frustration pourra être suffisamment domptée par la présentation en statique du drone autonome du Français Azur Drones, qui s’est imposé comme le leader européen du drone de surveillance. Il s’agit du tout premier drone automatisé homologué par la DGAC.

> La patrouille de France

Les pilotes acrobates tricolores effectueront des démonstrations pour le grand plaisir du public du 21 au 23 juin, à bord de leurs dix alphajet. L’équipe de voltige de l’Armée de l’Air en mettra aussi plein les yeux aux visiteurs aux commandes de leurs Extra330.

source AFP-Relaxnews