© Emmeci74 / IStock.com

(AFP) – Les eaux de baignade sont à 78,8% « d’excellente qualité » en France, ce qui place cette destination touristique phare au 17e rang européen, selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) publié en juin.

Selon ce rapport, 13,8% des eaux de baignade françaises sont de « bonne » qualité, 3,5% de qualité « suffisante », 1,6% « insuffisante ». Pour 2,4% le classement est impossible.

Cette hiérarchie est issue de la « recherche de bactéries qui indiquent une pollution provoquée par les eaux usées ou le bétail ». Les eaux de qualité insuffisante, si elles sont avalées, peuvent avoir des incidences telles que troubles gastriques et diarrhée.

L’Hexagone compte 3.351 sites de baignade (soit 15% des sites européens) dont 2.041 côtiers.

Côté bonnes nouvelles, « le nombre de sites présentant une eau de baignade de qualité insuffisante en France » est passé de 80 en 2017 à 54 en 2018, note l’AEE.

Mais 19 sites sont passés d’au moins suffisante à insuffisante. Et c’est « en Italie (20 sites) et en France, que la détérioration de la qualité des différents sites de baignade a été la plus marquée », poursuit l’instance européenne.

Sur cinq ans, le pourcentage d’eau d’excellente qualité en bord de mer est en légère hausse mais il est moins bon qu’en 2008.

Avec 78,8% des eaux de baignade (côtière ou pas) d’excellente qualité, la France est en dessous de la moyenne de l’Union européenne (85,1%) et n’est que 17e d’un classement qui inclut l’UE, l’Albanie et la Suisse.

Chypre arrive en tête avec 99,1% d’eaux d’excellente qualité. La Grèce atteint 97%, l’Italie 90% et l’Espagne 87%.

En 2018, 5 sites de baignades faisaient en France l’objet d’une interdiction permanente de baignade ou d’une recommandation en ce sens. Il en existait 57 au total en Europe dont 38 en Italie, 6 en Espagne.

Une interdiction permanente de baignade ou une recommandation en ce sens doit en effet « être mise en place dans les sites de baignade dont la qualité a été jugée insuffisante pendant cinq années consécutives ou plus », rappelle l’AEE.

« Les eaux de baignade européennes sont aujourd’hui beaucoup plus propres qu’au milieu des années 1970, lorsque de grandes quantités d’eaux usées urbaines et industrielles, non ou partiellement traitées, se déversaient dans des eaux propres », souligne l’AEE.

Les « sources principales de pollution sont les eaux usées et les eaux de drainage des terres agricoles », selon l’Agence. Cette pollution « augmente en cas de fortes pluies » qui peuvent provoquer des débordement d’égouts et des déversements d’eaux polluées dans les cours d’eau et les mers.

source AFP-Relaxnews