© venakr / Istock.com

(AFP) – Le skateboard est désormais interdit de nuit sur la place du Macba de Barcelone, l’un des « spots » préférés des « riders », car les voisins se sont lassés du bruit : frottement des roulettes et claquement de la planche sur le sol.

La mairie de la deuxième ville d’Espagne a annoncé mardi que le « skating » serait interdit « de 22H00 à 07H00 durant toute la semaine » sur cette place où convergent des dizaines de patineurs.

« C’est l’une des nombreuses mesures adoptées en réponse aux plaintes du voisinage, en raison du bruit et de l’incivisme générés par certains usagers », a affirmé la mairie dans un communiqué.

Cette place située devant le Musée d’art contemporain de Barcelone (Macba) – appelée en réalité la place de los Ángeles (des anges) – est la « Mecque » barcelonaise des skateurs du monde entier, depuis le début de l’an 2000.

Ils sont des dizaines à s’y retrouver quotidiennement, en groupe ou en solo, et se filmer les uns les autres pendant qu’ils rivalisent de prouesses, patinant par exemple à l’horizontale sur le mur du musée, à plus d’un mètre de haut…

Le sol de granit lisse de la place – parfait pour prendre de la vitesse -, ses rampes, ses marches et autres éléments de mobilier urbain en font « un des meilleurs sites pour patiner en Europe », assure Isac Tvedt, Norvégien de 21 ans venu à Barcelone seulement pour le skate.

Le lieu a aussi l’avantage de faire pleinement « partie de la ville, sans être enfermé dans un +skate park+ et ça le rend encore plus attrayant », abonde Elena Pons, 30 ans.

Mais cette discipline, aussi stylée soit-elle, a lassé les habitants des édifices environnants. Des pancartes aux balcons disent clairement dans différentes langues qu’il est temps d’arrêter le bruit : « Stop ruido! », « stop noise! » 

Quant aux piétons qui veulent traverser la place, ils doivent prendre leurs précautions pour ne pas risquer de heurter un « rider » ou une planche échappée. 

« La nuit, parfois, c’est un problème », reconnaît Raul Wong, patineur mexicain de 32 ans résidant à Barcelone. « Les habitants se plaignent du bruit mais aussi des bagarres, des gens qui boivent ou qui volent, et ça n’a rien à voir avec nous ».

« D’ailleurs, beaucoup de choses sont plus contrôlées grâce aux patineurs qui se connaissent et font attention à ce que personne n’exagère », plaide-t-il.

source AFP-Relaxnews