© AFP PHOTO / REMY GABALDA

(AFP) – L’Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) a annoncé jeudi qu’il avait franchi en 2016 le cap des 8 millions de passagers, talonnant ainsi son plus proche concurrent, Marseille.

« Il paraît que 8 est un bon chiffre en chinois », a plaisanté le directeur général d’ATB, Jean-Michel Vernhes, en référence au rachat en 2015 par le chinois Casil Europe de 49,99% de la société d’exploitation de l’aéroport, qui continue de susciter l’opposition de riverains.

Avec 8,081 millions de passagers en 2016, la plateforme toulousaine reste la quatrième régionale de France mais commence à taquiner Marseille (8,4 millions de passagers prévus), s’est réjoui M. Vernhes lors de la conférence de presse annuelle d’ATB. Nice est le premier aéroport régional, suivi de Lyon.

Le trafic toulousain a progressé de 5,4% en 2016, plus que prévu, en particulier grâce à l’international, qui a bondi de 9,5%, pour seulement 2,6% pour les liaisons nationales. En cause: le dynamisme des vols internationaux réguliers (+10,5%), en particulier low cost.

Le trafic bon marché représente en effet 32,2% du nombre total de passagers, contre 27% en 2015. Cette part sera de 40% l’an prochain, prévoit ATB, grâce à l’ouverture de nombreuses nouvelles liaisons low cost chez Ryanair, EasyJet et Volotea au départ de Toulouse.

Le trafic de l’aéroport devrait atteindre 8,8 millions de passagers en 2017. Avec une capacité maximale de 8,5 millions, Toulouse se lance ainsi dans une « année de chantiers » pour la porter à 12 millions d’ici à 2018, en accord avec le plan fixé par le nouvel actionnaire chinois, qui prévoit 18 millions de passagers à l’horizon 2046.

Cette stratégie est dénoncée par une association qui dit représenter nombre des 150.000 riverains toujours opposés à la privatisation partielle d’ATB.

source AFP-Relaxnews