© istock.com/isuzek

(Relaxnews) – En cumulant les retards de plus de deux heures et les annulations, les passagers qui ont choisi le ciel pour voyager en 2018 ont été sous le coup de 34 années de retard, révèle ce jeudi 3 janvier le bilan annuel d’AirIndemnité, qui accompagne les voyageurs dans leurs démarches pour obtenir une indemnisation. 

Au total, ce sont 4,7 millions de passagers qui ont été impactés par un retard de plus de deux heures ou par une annulation en 2018. Au cours des douze derniers mois, les perturbations dans l’aérien ont explosé de 55,9% par rapport à l’année précédente. Les annulations ont constitué le pire cauchemar des voyageurs, puisqu’elles ont bondi de 95%.

« Cela peut notamment s’expliquer par une année 2018 particulièrement marquée par des mouvements sociaux, comme chez Air France qui draine une très grosse partie du trafic aérien au départ et vers les principaux aéroports français. Rien que pour cette compagnie, on comptabilise une quinzaine de jours de grève entre février et mai 2018 » explique Anne-Laure Hery, porte-parole d’Air Indemnité. 

Par ailleurs, les vols retardés de plus de deux heures ont augmenté de 25,6% et ceux de plus de trois heures de 26,8%. Tunisair a été la compagnie aérienne la moins ponctuelle, avec 11,35% de vols perturbés. A contrario, Ukraine International Airlines fut la meilleure élève en 2018, avec seulement 0,26% de vols perturbés. 

S’ils obtenaient tous réparation, les passagers impactés par ces perturbations pourraient obtenir plus d’un milliard d’euros.  

source AFP-Relaxnews