© Terence Bikoumou

(Relaxnews) – Avec leur lieu hybride baptisé « Trattino », deux frères italiens, Davide et Ettore, viennent de remporter la 32ème Bourse Badoit, qui encourage chaque année de nouveaux concepts de restauration et participe à l’éclosion de nouveaux chefs. 

Ce n’est ni un restaurant, ni un café, ni une épicerie. C’est tout à la fois. Trattino est une adresse multifonctions, dont tous les quartiers ont pour point commun de célébrer les racines transalpines de ses jeunes patrons. Davide et Ettore sont originaires de la vallée de la Bormida, située entre Gênes et Nice. De leur enfance italienne, les frères ont le souvenir des recettes de leur grand-mère, qu’ils reproduisent désormais dans leur trattoria.

Élément central de leur concept, les produits sont garantis à 100% biologiques, aussi bien dans les assiettes que dans les rayons de l’épicerie annexée aux tables. On y trouve aussi des ingrédients locaux et vendus en vrac pour éviter le gaspillage. Les clients peuvent venir retirer leurs courses grâce au système du click and collect. 

Les deux frères promettent même une offre bio et équitable dans leur café, qui compose le troisième et dernier axe de Trattino. On y trouve par exemple des smoothies qui font le pari du zéro gaspillage. Le concept garantit aussi la bonne ambiance, avec une programmation musicale et culturelle, comme des DJ sets et des expositions, pour unir les trois univers. 

Le concept de Trattino a précédemment testé à Lyon, dans le cadre de « la Commune », un incubateur de start-up culinaires. L’adresse a aussi été découverte par les Parisiens à travers la Bourse Badoit qui leur a permis de réserver une table en juin dernier et de voter pour leur concept de restaurant préféré. Étaient aussi en lice une table revisitant les saveurs africaines, un concept de crêpes vietnamiennes et un restaurant mettant en lumière les commerçants du quartier de Belleville. 

Les voix du public ont été ajoutées à celle d’un jury présidé par le chef étoilé Thierry Marx, accompagné par le blogueur Hervé Palmieri, le restaurateur Pascal Ranger ou encore le trublion de la dernière saison de « Top Chef » Merouan Bounekraf.

Les lauréats ont remporté un soutien financier de 10.000 euros, un coaching d’experts en communication, en cuisine et en gestion ou encore un an d’approvisionnement en bouteille de Badoit et d’Evian, parmi les différentes dotations de la bourse.

source AFP-Relaxnews