Le Salon de la Gourmandise 2018 ouvre ses portes au Centre des Congrès d'Épinal ce vendredi.

Pour fêter le dixième anniversaire du Salon de la gourmandise, le Rotary d’Épinal a vu les choses en grand : un parrain impressionnant de précocité et bourré de talent, des concours toujours plus innovants et la crème du savoir-faire culinaire local, régional et national. De quoi savourer et préparer ses repas de fêtes de fin d’année en toute sérénité.

Ouvrir grands ses yeux sur les belles tables dressées et sur les défilés de robes gourmandes, ouvrir ses papilles sur la multitude de mets proposés et ouvrir son cœur pour participer à la générosité du Rotary d’Épinal, c’est dans les grandes lignes l’objectif du Salon de la gourmandise qui fête ses dix ans en 2018.

Une édition qui a choisi Nicolas Lambert comme nouveau parrain. Un chef-pâtissier spinalien de 29 ans reconnu mondialement, qui est passé par le CFA Pôle des Métiers d’Épinal. « C’est un vrai plaisir de pouvoir accueillir cet autodidacte, simple, engagé, sincère et fidèle à sa région, qui a eu le culot de pousser les bonnes portes et le talent de se faire remarquer par les plus grands comme le célèbre chef Christophe Michalak, à seulement 23 ans.

Il a ensuite eu le courage de s’expatrier en Asie, pour devenir le meilleur pâtissier de Hong-Kong et Macao (2016 et 2017), avant de décrocher le titre de meilleur chef-pâtissier d’Asie en 2018, rien que ça ! », présente fièrement le commissaire général du salon, Gilbert L’Homme.

Après de très grands noms qui ont honoré le parrainage du salon par le passé, tels que Michel Roth, Christophe Felder, Joseph Viola, Claudy Obriot, Angelo Musa… Le Spinalien Nicolas Lambert rejoint le cercle très fermé des chefs d’exception qui, au service du raffinement, ont multiplié les bonnes idées pour régaler les papilles des visiteurs, pendant trois jours.

Dès le vendredi 16 novembre, la journée débutera par un concours de jeunes talents vosgiens avec 8 représentants des 4 lycées hôteliers, sur le service en salle. Différents défilés de robes gourmandes seront proposés tout au long du week-end, au milieu des 12 exposants, qui proposeront aux visiteurs des produits succulents, sur plus de 5 000 m2 de salon.

Un salon qui, comme chaque année, redistribuera l’intégralité de ses bénéfices à une œuvre caritative. « Cette année, nous soutiendrons les malades du cancer et leurs aidants », confie humblement le coordinateur du salon, qui espère voir un maximum de gourmands et gourmets se régaler, pendant 3 jours, pour la bonne cause.

Salon de la gourmandise

Vendredi 16 Novembre, de 15 h à 19 h

Samedi 17 Novembre, de 10 h à 20 h

Dimanche 18 Novembre, de 10 h à 18 h

Centre des Congrès d’Épinal

Tarif : 5 euros + un verre de dégustation et un billet de tombola

salondelagourmandise.com

Le parrain Nicolas Lambert : Le succès de la jeunesse spinalienne !

Une fois n’est pas coutume, le parrain de l’édition 2018 du Salon de la gourmandise est « un enfant du pays ». Né à Épinal, le jeune Nicolas Lambert (il n’a pas encore 30 ans, ndlr) est un pur produit du Centre de Formation pour Apprentis (CFA) d’Épinal.

« Autodidacte, simple, engagé, sincère, fidèle, Nicolas conjugue toutes ces qualités et il n’a jamais oublié d’où il vient, malgré ses nombreux succès. Pour réussir, il suffit d’en vouloir et de travailler dur. Il est un parfait exemple qu’avec du courage, on peut réussir », présente Gilbert L’Homme.

Et c’est vrai que le garçon a eu du culot et a su saisir les occasions qui se sont dressées à lui. Diplômé en pâtisserie à Épinal, il sera honoré par le Rotary d’Épinal, en 1997, en décrochant le premier prix du concours de Création manuelle. Il quittera les Vosges, dans les mois qui suivront pour rejoindre le chef Yves Musquar de Nancy, avant de travailler avec le chef Sébastien Bouillet de Lyon.

Son travail lui permet de se distinguer au concours national Croquembouche et de rencontre le célèbre et médiatique Christophe Michalak. Ce dernier, alors chez du Plazza-Athénée à Paris, lui propose d’intégrer sa brigade en 2011, alors qu’il n’a que 23 ans. Il deviendra même son chef de partie, 2 ans plus tard.

Il aura l’audace, ensuite, de suivre le chef Jérôme De Oliviera à Cannes, comme chef pâtissier jusqu’en 2015, avant d’accepter le poste de chef-pâtissier dans un restaurant deux étoiles à Hong-Kong. Un poste qui lui permet de décrocher, deux ans de suite, le titre de meilleur pâtissier de Hong-Kong et Macao (2016 et 2017) et d’atteindre la distinction ultime de meilleur pâtissier d’Asie en 2018.

C’est avec ce nouveau rang qu’il accepte un nouveau challenge cet été en devenant chef exécutif pâtissier du célèbre Four Seasons Hotel de Saint-Pétersbourg.