© ©Le Squeren

(Relaxnews) – Voilà 19 ans que la France n’a pas brillé au concours du meilleur sommelier du monde, depuis le sacre d’Olivier Poussier. En attendant de connaître le verdict ce vendredi 15 mars du plus prestigieux concours de sommellerie, focus sur ces hommes du vin qui ont fait la fierté de la France lors de cette compétition organisée seulement tous les trois ans et qui sont devenus les parrains des sommeliers tricolores.  

Olivier Poussier
> Meilleur sommelier du monde 2000 

Membre du comité de dégustation de la Revue du vin de France, et auteur des accords mets et vins de l’iconique parution, Olivier Poussier travaille étroitement avec la Maison Lenôtre en tant que chef sommelier et fournit une activité de conseil auprès de la prestigieuse entreprise. Le célèbre homme de vin a fait ses armes à la Tour d’Argent et est devenu l’une des références dans le milieu pour ses choix aiguisés en matière d’accords. Avant de décrocher le titre suprême, Olivier Poussier avait été vice-meilleur sommelier du monde, lors du concours organisé à Tokyo en 1995. Il fut meilleur sommelier de France en 1990.

Philippe Faure-Brac
> Meilleur sommelier du monde 1992

Voici la star des sommeliers français. Homme de goût, Philippe Faure-Brac a ouvert un célèbre restaurant de Paris en 1984, « le Bistrot du sommelier ». Chaque vendredi, le sommelier orchestre la venue d’un vigneron autour d’un déjeuner, ouvert à tous, prétexte à plonger dans la gamme bachique de ce dernier. En marge d’une carrière télévisuelle, il a également dressé la carte des vins qui était présentée à bord du Concorde. Enfin, Philippe Faure-Brac est à l’initiative de la création de la section sommellerie pour que ses comparses puissent eux aussi porter le col bleu, blanc, rouge des Meilleurs Ouvriers de France. Une distinction qu’il a d’ailleurs reçue à titre « honoris causa « en 2015.

Serge Dubs
> Meilleur sommelier du monde 1989

Serge Dubs est ce que l’on appelle un homme fidèle. Maître sommelier de l’Auberge de l’Illhausern, en Alsace, le sommelier est entré dans la maison gastronomique en tant que commis, à l’âge de 19 ans. L’homme de vin a tout de même quitté sa région pour travailler au restaurant Lasserre et parfaire son service, avant de retourner auprès du grand chef Marc Haeberlin. Ce défenseur des vins alsaciens a gravi les échelons jusqu’à devenir meilleur sommelier de France en 1983, meilleur sommelier d’Europe en 1988, une année avant de décrocher le titre mondial. 

Jean-Luc Pouteau
> Meilleur sommelier du monde 1983

Jean-Luc Pouteau est sans doute le sommelier dont le public peut accéder le plus facilement à l’expertise… Le Meilleur sommelier du monde a fondé sa cave en 1987, après avoir bâti une solide carrière auprès de grandes maisons comme le Pré Catelan et le Pavillon l’Elysée. La cave Pouteau se situe à Franconville, dans le Val d’Oise, en région parisienne. Celui qui fut aussi meilleur sommelier de France en 1976 y travaille en famille. Son fils Jean-Christophe Pouteau a repris la gérance et propose une sélection des meilleurs vins français, mais aussi hongrois, argentins et espagnols. La cave dispose de sa boutique en ligne accessible à l’adresse Boutique.cave-pouteau.com.

Et on n’oublie pas Jean-Claude Jambon devenu Meilleur sommelier du monde en 1986 ni Armand Melkonian qui fut le premier sommelier à décrocher le titre de la compétition en 1969.

source AFP-Relaxnews