© Thomas Dhellemmes

(Relaxnews) – Ils nous ont faits craquer sur Instagram. On s’est pressé à l’ouverture de leurs nouvelles boutiques. On a reproduit les recettes de leurs nouveaux livres. Leurs nouvelles aventures sucrées nous ont tenu en haleine tout l’année. Neuf pâtissiers français ont foisonné d’idées délicieuses pour rendre 2019 régressive. Voici leurs créations pour les fêtes de fin d’année. 

Cyril Lignac

Le pâtissier succombe aux effets vivifiants des fruits exotiques avec une bûche de Noël composée autour d’une mousse à la noix de coco, associée à une compotée mangue-passion. La fraîcheur des fruits est équilibrée par la bouche sucrée d’une couche de chocolat au lait et d’un financier aux amandes.

Prix : 45 euros du 19 au 31 décembre

Cédric Grolet

La star du sucré, Cédric Grolet, a choisi le citron comme saveur maîtresse de sa nouvelle bûche de Noël. Le chef pâtissier modèle l’agrume dans les moindres recoins, avec un gel citron jaune et citron d’Iran pour le coeur coulant, un biscuit moelleux au citron jaune, des zestes frais de citron. Cédric Grolet complète la famille pâtissière avec une ganache montée au citron jaune et yuzu.

Prix : 20 euros la part au restaurant Le Dali du 16 au 26 décembre ou à la pâtisserie du Meurice par Cédric Grolet sur commande dès le 3 décembre

Pierre Hermé

On savourera les fêtes de fin d’année sur des notes ensoleillées chez le Picasso de la pâtisserie avec une bûche qui ne tranche ni entre la gourmandise ni avec la légèreté. Pour équilibrer les notes sucrées de la noisette qui parfume le praliné feuilleté, Pierre Hermé prépare une crème et une gelée de citron et ajoute des citrons confits pour assurer une fraîcheur sans faille au dessert de fête.

Prix : 48 euros pour 4 personnes / 82 euros pour 8 personnes

Michaël Bartocetti

Fraîchement débarqué au Four Seasons George V, le nouveau chef pâtissier exécutif Michaël Bartocetti n’a pas manqué d’amadouer les papilles avec l’ingrédient fétiche, dont il était déjà maître au Shangri-La. Pour son dessert de Noël, qui adopte la silhouette d’un bouquet d’orchidées en référence aux décorations florales iconiques de l’hôtel cinq étoiles, le Lorrain prépare un praliné à base d’amandes et de noisettes auquel il associe de la vanille torréfiée. La saveur s’en trouve ainsi parfaitement équilibrée entre les notes grillées et les doux arômes de la gousse. La recette est complétée par un crémeux infusé au Mélilot, un croustillant noisette, un biscuit aux amandes, une mousse au chocolat Tulakalum, en provenance du Bélize.

Prix : 95 euros le tea time de Noël et en dégustation au restaurant Le Cinq***

François Perret

Le chef pâtissier du Ritz a décidé de déclarer sa flamme aux nuances aromatiques de la noisette, élément de base pour un praliné. Le meilleur pâtissier de restaurant 2019 change la donne en préférant le gianduja. Si cette pâte régressive ressemble au praliné sur le principe de sa recette qui prend en compte des fruits secs, elle diffère avec l’ajout de sucre glace et de chocolat. Pour compléter cette thèse pâtissière aux saveurs grillées, François Perret prépare un biscuit moelleux aux noisettes torréfiées et associe le gianduja à un chocolat noir Carupano 70%. Pour contrebalancer cette bouche intense, une crème au sucre muscovado complète le dessert délicatement confiné dans une spirale en chocolat.

Prix : 110 euros en édition limitée sur réservation ou en portion individuelle au Bar Vendôme (25 euros par personne)

Christophe Michalak

Le principe du praliné consiste à réduire des fruits secs torréfiés préalablement mélangés à un caramel. Pour les fruits secs, rien n’empêche de choisir ce que l’on préfère, comme Christophe Michalak qui a opté pour les noix de pécan. Un ingrédient aux saveurs profondes qui va à ravir avec la mousse au chocolat noir, comme dans ce dessert épousant les contours d’un violon. L’éternelle noisette n’en est pas pour autant oubliée ; elle répond présente dans le croustillant.

Prix : 78 euros en édition limitée

Julien Alvarez

Le chef pâtissier du Bristol a préparé l’une des bûches les plus régressives de cette saison festive. Reproduisant la silhouette du porte-clé des chambres du palace parisien, le champion du monde de pâtisserie rend hommage à son dessert emblématique du restaurant gastronomique Epicure***. Le dessert de fête est en effet construit autour du grué de cacao et de la vanille grillée. Une recette qui enveloppe le palais et surprend par la longueur des saveurs. 

Prix : 110 euros en édition limitée sur réservation

Yann Couvreur

L’ex-chef pâtissier de l’hôtel du Prince de Galles ne passerait pas les fêtes sans son renard fétiche. Cette année, le canidé prend ses aises sur une bûche de bois, aux saveurs de marron. Une mousse et des brisures de marrons confits structurent le dessert tandis qu’un biscuit marron et miel de châtaignier renforce encore davantage le goût du produit festif. Yann Couvreur a choisi de prolonger les saveurs avec un croustillant à la casette et du caramel. 

Prix : 90 euros pour 6 personnes

Philippe Conticini

Le grand maître du sucré rend tous les honneurs à la vanille dans une bûche ultra gourmande, construite sur un duja, c’est-à-dire une pâte d’amandes dont seul Philippe Conticini en a le secret. La recette est complétée par de la vanille et de la fleur de sel. Côté mousse, on retrouve les arômes de la gousse avec une texture réalisée à partir d’une crème anglaise. Un crémeux à la vanille renforce la présence de l’ingrédient star. Une crème fouettée ainsi qu’un sabayon parfont la gourmandise du dessert de fête. 

Prix : 48 euros pour 4 personnes / 72 euros pour 6 personnes

source AFP-Relaxnews