11 miss en lice pour la couronne de Miss Vosges, ce samedi.
© Jordane Rommevaux

Vous devez être fier d’accueillir le concours de Miss Vosges à Remiremont ?

Jean Hingray – Nous accueillons l’élection avec beaucoup de joies. C’est un événement qui est connu et reconnu. Quoi de plus normal d’accueillir l’élection de la plus belle Vosgienne, dans la plus belle ville des Vosges, puisque Remiremont c’est la belle des Vosges : une ville avec beaucoup d’atouts, un patrimoine riche et des investisseurs qui sont de plus nombreux. Nous allons passer, je l’espère, une très bonne soirée.

Une volonté qui traduit le dynamisme de la ville d’organiser des événements régionaux ?

J. H. – Oui, nous voulions passer la vitesse supérieure en ce qui concerne les animations et l’attractivité de la ville. L’élection de Miss Vosges va dans ce sens et contribue au rayonnement de la ville. Il ne se passait pas grand chose auparavant, nous avons mis en place un festival Un air d’été, un nouveau marché de Noël plus attractif, nous avons fait venir des artistes nationaux et internationaux à Remiremont. Toutes ces manifestations s’inscrivent dans l’objectif de redynamiser la commune.

Personnellement, vous êtes friand de ce genre de concours de beauté ?

J. H. – Très sincèrement, pas spécialement (rire). Je regarde chaque année, qui est élue Miss Vosges. Dans une autre vie, lorsque j’étais correspondant de presse, j’ai même été amené à interviewer une précédente Miss Vosges. C’est un monde que je découvre de plus, avec Stéphanie Didon qui a plusieurs casquettes dont celle d’adjointe. Il me paraissait normal d’accueillir l’élection.

Ferez-vous partie du jury ?

J. H. – Oui, je composerai le jury. J’ai d’ailleurs déjà remarqué quelques candidates qui se détachent, grâce à leur présentation. Etre beau ne sert pas dans le temps, il faut se démarquer différemment : par ses études, par sa personnalité, par ses engagements… Il n’y aura pas de Romarimontaine, c’est dommage. Mais cette élection provoquera peut-être quelques vocations pour les prochaines années.