© OLIVIER VOGELSANG / AFP

(AFP) – Le Salon international de la haute horlogerie (SIHH), un des premiers grands rendez-vous annuels dans le monde du luxe, ouvre lundi ses portes à Genève pour dévoiler durant cinq jours les nouvelles collections des grandes maisons horlogères.

Contrairement à Baselworld, l’immense salon horloger qui se tient chaque année en mars à Bâle, ce salon genevois, connu pour son ambiance feutrée, n’abrite qu’une trentaine de marques.

Le SIHH fait surtout la part belle aux griffes du groupe Richemont, le numéro deux mondial du luxe, propriétaire notamment des maisons de joaillerie Cartier et Van Cleef & Arpels mais aussi des fabricants de montres Piaget, IWC ou Jaeger-Lecoultre.

Mais il accueille également des maisons indépendantes spécialisées dans l’horlogerie de grand luxe telles que Audemars Piguet ou Richard Mille ou encore Girard-Perregaux, une des marques du groupe français Kering, qui revient à Genève après lui avoir préféré Baselworld les quatre dernières années.

Pour sa 27ème édition, le SIHH, qui était jusqu’à présent réservé exclusivement aux professionnels, va vivre une petite révolution en ouvrant pour la première fois ses portes au public vendredi, pour le dernier jour de l’événement.

Les billets sont disponibles sur inscription préalable au prix de 70 francs suisses (64,65 euros).

Les visiteurs pourront venir découvrir les nouvelles collections, placées cette année sous le signe de l’élégance sobre.

« La tendance à des montres démesurées est terminée », a expliqué Falvien Gigandet, membre du comité exécutif de la marque de prestige Parmigiani, lors d’un entretien avec l’AFP.

Après des années de course aux incrustations de diamants, les horlogers suisses sont revenus à des lignes plus épurées alors que les ventes de montres de luxe en Chine ont été durement touchées par les mesures de lutte contre la corruption, interdisant les cadeaux extravagants.

Parmi les quelques pièces insolites, ils pourront également aller voir une montre en fromage, créée par la petite manufacture indépendante H. Moser, à plus de un million de francs suisses (1 million d’euros).

source AFP-Relaxnews