© Thomas Deron

(Relaxnews) – Alexis Mabille a signé cette année sa deuxième participation au concours Les Etoiles Mercedes-Benz en tant que président d’un jury composé de Dita Von Teese, Camille Seydoux, Marie-Agnès Gillot, Ludivine Sagnier et Béatrice Tanguy. Relaxnews a rencontré le créateur français, qui revient sur cette édition 2017 et présente le lauréat, Schepers Bosman, qui a remporté hier, lundi 25 septembre, un prix de 20.000€, un cahier de tendances offert par PeclersParis et un accompagnement offert par Mercedes-Benz.

Relaxnews : Vous étiez déjà président du jury l’an dernier, qu’est ce qui vous a donné envie de rempiler pour une deuxième édition ?
Alexis Mabille : C’est assez simple. La première fois, c’était très sympa, il y avait un très bon esprit. Donc, tout simplement, quand on m’a proposé de rempiler, j’ai tout de suite accepté. 

Quelle est la singularité de ce concours de mode ?
Chaque concours a sa spécificité. Là, l’idée était de faire un concours orienté sur la France et l’Europe, et surtout d’avoir des jeunes marques qui vendent déjà leurs vêtements. C’est un coup de pouce pour qu’elles se développent encore plus.

Quels critères étaient déterminants pour gagner ?
Le respect du thème, bien évidemment, mais aussi la manière dont cela a été réalisé, la créativité, et le fait d’avoir un vrai beau produit de mode. Car ce n’est pas toujours évident. L’avantage avec des jeunes marques c’est que nous sommes face à des professionnels qui vendent déjà des vêtements, et donc à priori les productions sont belles.

Comment se passe la délibération ?
Le jury était très international cette année, avec des femmes très actives qui sont souvent au quatre coins du monde. On a plutôt fait la délibération en connexion et par téléphone, mais finalement nous étions tous sur la même longueur d’onde. Nous avons jugé de manière très classique. Il ne faut surtout pas être tendre. Nous ne sommes pas là pour être tendres, nous devons juste mettre en avant le meilleur. 

Vous avez choisi le lauréat à l’unanimité ?
Presque à l’unanimité. Ce n’est jamais à l’unanimité. Il y avait neuf finalistes, donc il est quasiment impossible d’être en accord sur une seule et même personne. Mais les lauréats, Schepers Bosman (duo composé de Sanne Schepers et Anne Bosman, ndlr), étaient dans les choix de tout le monde.

Que pensez-vous de la silhouette des lauréats ?
On a découvert leur travail lorsqu’ils ont présenté leur dossier, et ils ont également dévoilé leur collection il y a peu de temps. La silhouette est très cohérente avec leur travail, en fait. Il y a tout un système de patch et de matières, qui sont des matières assez simples et très travaillées, mélangées avec du cuir pour faire des effets avec ce côté un peu streetwear. Ce n’est pas du tout mon univers, mais c’est un produit que j’ai trouvé assez cool depuis le début. 

En quoi les gains mis en jeux sont importants pour de jeunes talents ?
Pour de jeunes marques, c’est très important, car elles ont besoin de se développer. Le concours leur permet de le faire. C’est un soutien, car tout coûte cher quand on présente une collection, du showroom au commercial en passant par le transport de la collection.

Si vous aviez eu l’opportunité, vous auriez tenté votre chance à ce concours ?
Certainement. Après, je dois avouer que j’ai fait très peu de concours et je les ai toujours perdus.

source AFP-Relaxnews