Il aurait pu s’accrocher fièrement à son titre de champion du monde de magie. Mais Francis Tabary est un éternel inventeur en quête de nouveautés. Il conçoit aujourd’hui des oeuvres d’art comme de véritables énigmes scientifiques.

La première vie de Francis Tabary, elle s’est déroulée sur les scènes du monde entier, quand devenu champion du monde de magie en 1991, il a scotché sur place 2 000 professionnels de l’illusion avec son numéro de cordes qui a révolutionné le genre. Il a fait le tour de la planète et écrit de nombreux livres pour communiquer son savoir. Pourtant, rien ne laisse présager, à la vue de cet ancien pharmacien à Saint-Michel-sur-Meurthe, la dévorante passion qui l’anime. Pas un lapin sous le chapeau ou une colombe dans la manche pour donner un indice. 

Depuis qu’il a pris sa retraite en 2009, Francis Tabary n’a pas délaissé ses cordes mais en a justement ajouté une à son arc, devenant de magicien, un génial sculpteur d’illusions en trois dimensions. Il faut déjà pénétrer la maison de l’enchanteur pour se laisser surprendre. Son repaire vosgien fourmille de mille objets impossibles, déclinées en différents modes, matières et couleurs.

Exposé dans le musée de Glasgow

Les illusions d’optiques, on en a tous vu dans des livres, comme le célèbre triangle de Penrose, décrit par Oscar Reutersvärd en 1934, où les arêtes du triangle ne se rencontrent pas de façon  » normale « . Irréalisable ? Pas tant que ça pour notre magicien, qui a inventé une solution pour sculpter en relief ces objets qui ne peuvent exister théoriquement. Une énigme lancée au nez des mathématiciens et des physiciens.  » Pour un magicien, rien n’est impossible « , s’amuse Francis Tabary.

Un secret qui est même protégé à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle)  » Un tour de magie est éphémère, continue le magicien, alors qu’une sculpture dure dans le temps. C’est une sorte de tour de magie à plein de temps.  »  Il a fait appel à des artisans de Rambervillers et Saint-Dié-des-Vosges pour l’épauler dans la conception. Plusieurs musées scientifiques se sont penchés sur ces sculptures magiques, celui de Glasgow lui en a ainsi acheté trois.  » On me prend pour un Géo-Trouvetou, mais pour moi c’est de l’art avant tout, qui insterroge chacun sur la possibilité de faire exister l’impossible. «  Ses oeuvres ont aussi été exposées à Blois, Monaco et Carcassonne.

Autre façon de se faire rencontrer art et magie, les ambigrammes de Tabary : des mots sculptés ou peints, que l’on peut lire dans les deux sens, mais qui prennent des significations différentes en les plaçant devant un miroir. cette fois encore, c’est notre perception qui est mise sens dessus-dessous. Art et magie, on en redemande !