Lee "Scratch" Perry sera accompagné de plusieurs musiciens sur la scène de la Souris verte
- Publicité -CPAM_des_Vosges_mini_banniere_web_semaine_43-2

La Souris Verte accueille une légende ! Le producteur-musicien jamaïcain Lee « Scratch » Perry, qui a révélé Bob Marley, s’arrête dans les Vosges pour l’un de ses deux seuls concerts de l’automne en France. Bonnes vibrations garanties.

Bob Marley aurait-il eu la même carrière ? Occuperait-il une telle place dans l’histoire de la musique sans Lee Perry ? Rien n’est moins sûr. C’est dire l’envergure de l’artiste qui se présentera sur la scène de la Souris verte le 13 octobre, l’une des deux seules dates inscrites à son programme en France d’ici la fin de l’année.

Pourquoi, comment ? « Épinal est le centre du monde, plaisante Emmanuel Paysant, le responsable musiques actuelles au sein de la structure Scènes Vosges. En fait, l’opportunité s’est présentée. Lee Perry arrive à l’aéroport de Mulhouse et les musiciens qui l’accompagnent sont basés à Strasbourg. Le tourneur cherchait à poser une date, on a sauté sur l’occasion. » Et le tarif négocié défie toute concurrence. « C’est le principe du day off dans les tournées par exemple quand des dates sont posées les jeudi et samedi et qu’on propose le vendredi. Là il joue le samedi à Istres, c’est à peu près le même cas de figure. »

A la fois chanteur, danseur, compositeur et ingénieur du son, Lee « Scratch » Perry a marqué de son empreinte l’âge d’or du reggae et du dub. Avec le « Black Ark », son studio fondé en 1973 à Kingston, il a forgé – avec, au départ, un magnéto quatre pistes – le son si particulier qui a donné une autre dimension au genre. Il peut se vanter d’avoir révélé quelques monstres du reggae, comme Max Romeo et un certain Bob Marley, dont il a produit les premiers enregistrements.

« C’est une légende, pose Emmanuel Paysan, l’un des derniers pionniers de sa génération en activité. Ça peut être l’une des dernières occasions de le voir en chair et en os. » Il sera accompagné de plusieurs musiciens sur scène. « C’est un vrai plus, affirme Emmanuel Paysant. Quand on a annoncé le concert, pas mal de monde n’y croyait pas. L’idée c’est de faire plaisir au public reggae local et au delà pour tous ses fans dans la région ».

« Un show assez magique »

Surnommé le « Salvador Dali jamaïquain », Lee Perry n’est plus tout jeune. Mais, à 81 ans, il assure toujours sur scène. Aujourd’hui rares, ses prestations sont à l’image du personnage : mystiques, fantaisistes et imprévisibles. Le producteur Emmanuel Georges peut en témoigner. En avril dernier, sa société de production spinalienne Supermouche a assuré la captation du concert donné à la Philharmonie de Paris pour Arte. « Le show a quelque chose d’assez magique, explique-t-il. C’est un homme qui a eu une vie complètement folle. Son studio a brûlé plusieurs fois. Il est très proche du public et s’amuse avec les gens. Dans une petite salle de 500 personnes, ça va vraiment valoir le coup. Moi, j’y serai ! ».

Avec plus de 50 albums et 30 compilations à son actif, Lee Perry est considéré comme l’un des producteurs et artistes les plus influents de la deuxième moitié du XXe siècle. Un précurseur qui a creusé le sillon de divers univers expérimentaux et posé les bases de musiques « actuelles » telles que le dubstep.

« On a peu d’occasions d’accueillir une telle pointure », avoue Emmanuel Paysant. La preuve que la Souris verte est un lieu qui compte, désormais ? « Oui, c’est devenu un endroit coté, ce concert le démontre, assure-t-il. On fait très attention à l’accueil des artistes, à la manière dont ils sont traités. » Le duo Moko originaire de Nancy assurera la première partie du concert.

De l’ambiance rasta à la guitare électrique saturée, il n’y a qu’un pas. La salle spinalienne n’aura que quelques heures pour passer en mode rock-métal pour le concert du groupe Ultra Vomit le lendemain. Un gros week-end en perspective !

INFOS PRATIQUES

Vendredi 13 octobre à 20 h 30

Tarifs : 20 € / 17 € / 14 €

www.lasourisverte-epinal.fr

Réservations en ligne sur ce lien