Ne vous fiez pas aux apparences. Présenté hors-compétition au Festival du Film Fantastique de Gérardmer, Cloud Atlas invite à un voyage à travers les âges, empli de questions existentielles.

Il porte le sceau des Wachowski qui avaient fait trembler l’industrie du cinéma avec Matrix en 1998. Même souci des effets visuels, même obsession pour la quête de l’humanité (le destin d’un personnage fait d’ailleurs particulièrement écho au personnage de Neo dans Matrix), Cloud Atlas pousse encore plus loin le curseur, quitte à perdre une partie du public en route.

Sans temps mort

Tiré de  » La cartographie des nuages  » de David Mitchell, sorti en 2007, Cloud Atlas suit le parcours de personnages que tout semble séparer, dans six époques différentes, de 1850 à un futur lointain… pour s’apercevoir des  répercussions de la vie de l’un sur celle de l’autre par effet domino. L’autre curiosité du film, ce sont ses acteurs, peu nombreux (Tom Hanks, Halle Berry, Hugo Weaving), mais qui interviennent dans chaque segment d’une histoire mêlant les genres, grimés de la tête aux pieds (pour le meilleur et pour le pire). 

A l’écran, les scènes se mêlent, avec pour seules transitions les voix des protagonistes qui affluent sans cesse. Un puzzle génial dont chaque pièce s’apprécie avec presque autant d’intérêt, mais qui ne tolère pas le décrochage. Dans ce jeu de rôles, c’est Tom Hanks, pourtant habitué aux rôles de good guys sans trop d’aspérités, qui s’illustre le mieux en acteur polymorphe, campant alternativement un écrivain irritable, un chef de tribu, un médecin aux attentions floues… Un voyage sans temps mort éblouissant, pour peu que l’on s’y laisse prendre.

Cloud Atlas. 

Un film de Tom Tykwer, Lana et Larry Wachowski. Avec Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent… 2h40. 

Présenté hors-compétition au Festival de Gérardmer, du 30 janvier au 03 février 2013.

[youtube]Hdy4vRfvplM[/youtube]