Zombillénium dans les salles ce mercredi 18 octobre.
© Gebeka Films
- Publicité -MIB_MIROITERIE208

Contrôleur des normes, Hector Sax est envoyé par sa hiérarchie pour fermer un parc d’attractions. Mais Zombillénium, c’est son nom, n’est pas qu’une simple succession de montagnes russes à vous faire regretter votre déjeuner.

Derrière ses portes se cache un lieu entièrement dirigé par des morts-vivants, sorcières et autres loups-garous. Transformé en démon cornu aux faux-airs de Hellboy (« de supermarché » s’amuse le film), Hector est condamné à errer dans le parc comme le reste de ses occupants. Dès lors, il n’a plus qu’une obsession : retrouver sa fille restée dans le monde des vivants.

Adaptation de la bande-dessinée éponyme d’Arthur de Pins, Zombillénium version ciné conserve les traits graphiques épurés qui donnaient leurs particularités aux héros de papier, son parc et une bonne partie de son bestiaire emblématique… tout en prenant sa propre voie. Exit Aurélien, bonjour Hector Sax, petit nouveau à la base de l’histoire, qui permet aux scénaristes de modeler l’intrigue différemment, la rendant complémentaire au récit d’origine.

Le père de famille qui se retrouve propulsé dans un univers étranger, joue un rôle de découvreur pour le public qui mettrait pour la première fois les pieds dans le parc. Pour le reste, Arthur de Pins pioche avec gourmandise dans son univers, multipliant les références, – de Michael Jackson à Pierre Bachelet, en passant par Twilight et ses vampires scintillants à Brazil de Terry Gilliam… –qui s’enchaînent à un rythme trépidant.

Dynamique, le film voit se succéder ces séquences cartoonesques punchy au détriment d’une plongée plus détaillée dans les entrailles du parc. Ce qui n’empêche pas l’auteur, fidèle à l’essence de l’œuvre, de livrer un film aussi exigeant sur la forme que sur le fond, lui donnant tous les atous d’une comédie sociale avec ses charges bien senties contre le consumérisme à outrance.

Coup de chance, les spectateurs qui n’auraient pas été entièrement rassasiés auront, cette fois, le loisir de se jeter sur les trois albums édités chez Dupuis.

Un film d’Arthur de Pins et Alexis Ducord. Avec les voix d’Alexis Tomassian, Kelly Marot, Emmanuel Curtil,… 1 h 18. Sortie le 18 octobre.

Bande annonce de Zombillénium :