Avengers : Endgame à découvrir dans les salles.
© Marvel Studios

Avengers : Endgame

Pour mesurer l’ampleur du phénomène, il faut (un peu) parler chiffres. Après onze ans et vingt-et-un films, Marvel Studios s’apprête à révéler sa pièce-maîtresse : Avengers : Endgame qui, selon son titre, signe la fin de la partie. Le film vient en tout cas conclure un feuilleton superhéroïque de très longue haleine, réellement entamé avec Avengers, premier du nom, en 2012. À l’époque, le film scellait définitivement les rapports entre de nombreux héros de comic book papier transposés sur grand écran (Captain America, Iron Man, Hulk…) qui, après avoir eu droit à un film solo, s’alliaient pour faire face à une invasion extra-terrestre, fomentée (on l’apprend à la toute fin du film) par le Titan fou, Thanos, sorte de souverain alien à la folie destructrice et aux ambitions sans limite. Une giga menace donc, que ce groupe de supers, qui va s’élargir avec le temps, va mettre une douzaine de films à atteindre (tous les long-métrages étant liés par des scènes post-générique, installant un rituel désormais immuable chez les spectateurs). Mais maintenant, on y est. L’affrontement, ultra attendu, s’annonce homérique. L’issue du récit, bien gardée, en décevra forcément. Mais l’aventure devrait faire place à foultitude de rebondissements, puisqu’elle avoisinera les trois heures Démesurée, à l’image de la stratégie des studios. Et après cela ? Passé un nouveau Spider-Man cet été, c’est encore flou. Il faut laisser le temps à Marvel et à Disney, sa maison-mère, de repenser sa stratégie après plus d’une décennie de films développés individuellement comme un épisode d’une grande série cinématographique au budget XXL. Que l’on aime ou pas, le mouvement aura marqué définitivement le cinéma des années 2010.

Un film de Joe & Anthony Russo. Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Scarlett Johansson… 3 h 01. Sortie le 24 avril.

Bande annonce d’Avengers – Endgames :

 

 

Victor et Célia

Bien décidé à lancer son propre salon de coiffure, Victor demande à Célia, son ex, de s’associer avec lui. D’abord réticente et gênée par la situation, Célia met du temps avant d’embarquer dans cette aventure sans en parler à son petit-ami. Une fois lancés, les deux anciens amants se promettent de ne pas retomber dans leur ancienne histoire, mais le chemin pour ouvrir une petite entreprise est bien long et Victor et Célia se rapprochent de plus en plus.

Un film de Pierre Jolivet. Avec Alice Belaïdi, Arthur Dupont, Bruno Bénabar… 1 h 31. Sortie le 24 avril.

Bande annonce de Victor et Célia :

 

L’Adieu à la nuit

Folle de joie de voir son petit-fils Alex revenir chez elle pour quelques jours, Muriel va vite déchanter. Petit à petit, le comportement du jeune homme va l’intriguer jusqu’à ce qu’elle découvre son secret. Pour l’empêcher de commettre l’irréparable, Muriel va devoir agir au plus vite.

Un film d’André Téchiné. Avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein, Oulaya Amamra… 1 h 43. Sortie le 24 avril.

Bande annonce de L’Adieu à la nuit :

 

Mais vous êtes fous

Lorsque les médecins découvrent des traces de cocaïne dans l’organisme de la petite fille de Roman et Camille, le couperet tombe. Depuis des années, Roman cache à sa famille ses problèmes d’addiction, mais le voilà devant le fait accompli. En trahissant la confiance des siens, le père de famille risque de tout perdre et met en péril la vie de sa propre femme tiraillée entre son amour pour son mari et ses enfants placés dans une autre famille.

Un film d’Audrey Diwan. Avec Pio Marmai, Céline Sallette, Carole Franck… 1 h 35. Sortie le 24 avril.

Bande annonce de Mais vous êtes fous :

 

90’s

Du haut de ses 13 ans, Stevie a du mal à vivre une vie normale entre une mère absente et un grand frère plutôt violent. Alors lorsqu’une bande de jeunes skateurs l’accueille, Stevie va profiter de son été dans le Los Angeles des années 90.

Un film de Jonah Hill. Avec Sunny Suljic, Katherine Waterston, Lucas Hedges… 1 h 24. Sortie le 24 avril.

Bande annonce de 90’s :

 

Un tramway à Jérusalem

A Jérusalem, le tramway relie plusieurs quartiers, d’Est en Ouest, en enregistrant leur variété et leurs différences. Cette comédie regarde avec humour des moments de la vie quotidienne de quelques passagers, de brèves rencontres qui se produisent au fil du trajet et qui révèlent toute une mosaïque d’êtres humains.

Un film d’Amos Gitaï. Avec Mathieu Amalric, Elias Amalric, Achinoam Noa Nini… 1 h 34. Sortie le 24 avril.

Bande annonce d’Un tramway à Jérusalem :