Coco dans les salles à partir ce mercredi.
- Publicité -MIB_MIROITERIE208

On connaît le talent de Pixar pour aborder dans les films les plus colorés les émotions les plus pures. De Toy Story et ses réminiscences de l’enfance, à Wall E et sa nostalgie d’une époque révolue jusqu’à Vice-Versa qui touchait à l’alpha et l’oméga de sa production. Si Coco n’est pas au-dessus de tous ceux-là, il parvient, à terme, à se hisser à leur hauteur, creusant encore le sillon pour nous émouvoir.

Inspiré du folklore mexicain, le film suit les traces de Miguel, un jeune garçon qui rêve de devenir musicien. Problème, la musique est le sujet à ne pas aborder dans sa famille depuis qu’un de ses ancêtres a absolument tout quitté pour se consacrer à son art… au détriment des autres. Comme il n’est pas du genre à se laisser démonter, Miguel décide quand même de tenter sa chance, le jour de la fête des morts. Et, par un concours de circonstances, il est aspiré de l’autre côté… où se côtoient squelettes en tous genres.

Ultra dynamique visuellement, Coco en a d’emblée à revendre. Jouant sur la découverte du merveilleux et des quiproquos, la première moitié du film offre un panorama joyeux et chatoyant qui va progressivement prendre un tout autre chemin. Avec la délicatesse qui caractérise le studio Pixar (et le réalisateur Lee Unkrich déjà à l’oeuvre sur Toy Story 3, mais pas que, puisque Monstres et Compagnie ou Le Monde de Nemo portent également sa patte) Coco opère progressivement un glissement dans la narration, gagnée par la mélancolie.

Au-delà des apparences plutôt joyeuses, Coco met en scène une rencontre déterminante pour son héros (on s’en voudrait de trop en révéler ici), qui place le film sous le signe du souvenir et de la mémoire, pour lutter contre l’oubli. L’année 2017 s’était ouverte sur un magnifique film sur le deuil (Quelques Minutes Après Minuit) et tout ce que cela implique pour un enfant. En attendant A Ghost Story, elle trouve avec Coco le moyen de se refermer de la même manière. Avec force et larmes.

Un film de Lee Unkrich et Adrian Molina. Avec François-Xavier Demaison, Ary Abitan, Andrea Santamaria,… 1 h 45. Sortie le 29 novembre.

Bande annonce de Coco :