Cessez-le-feu dans les salles à partir de mercredi 19 avril.
© Christophe Mazodier
- Publicité -MINIBANNIEREMISS-LORRAINE2-1
- Publicité -MINIBANNIEREMISS-LORRAINE-2

La Première Guerre a anéanti la famille Laffont. Georges (Romain Duris) a quitté la France pour l’Afrique pour tenter d’exorciser le mal qu’il a connu. Son frère
Marcel (Grégory Gadebois) est rentré du front mais a perdu l’usage de la parole. Un beau jour, George se décide à rentrer vers les siens, mais la réadaptation est difficile. Sa rencontre avec Hélène (Céline Sallette), envoyée pour venir en aide à son frère, va venir bousculer ses certitudes…

La première séquence, saisissante, et qui s’offre quelques trop rares effets de mise en scène-, aurait pu laisser croire à un film de guerre, mais il n’en sera rien.
Cessez-le-feu s’intéresse aux conséquences. S’emparant d’un sujet encore traité à la marge par le cinéma français (le retour du front et le traumatisme psychologique engendré par la guerre), Emmanuel Courcol (scénariste de Philippe Lioret qui signe le scénario comme une évidence) prend le parti de raconter son histoire de frères blessés au travers du personnage de Romain Duris dont il est suggéré qu’il porte en lui un lourd secret.

Le film adopte alors une construction en flashbacks inutilement compliquée pour donner du relief au parcours d’un protagoniste ordinaire dont on perçoit sans mal les coutures. Soit l’itinéraire tortueux, du trauma à la rédemption obtenue grâce à l’intervention de la professeure de langue jouée avec une retenue salutaire par Céline Sallette et dont les états d’âme, brièvement entrevus, auraient mérité d’être davantage mis en valeur.

L’intérêt est davantage à chercher du côté de l’autre frère, incarné par un Grégory Gadebois mutique, dont la lente et discrète tentative d’accession au bonheur semble n’être là que pour servir de marchepied à celle du héros désigné. N’en reste pas moins un film solidement documenté aux moments délicats dont Courcol a le secret.

Un film d’Emmanuel Courcol, avec Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois,… 1h43. Sortie le 19 avril.

Bande annonce de Cessez-le-feu :