21e Journée du patrimoine.
© Anne Chrétien
- Publicité -MIB_MIROITERIE208

Capitale de la géographie, Saint-Dié-des-Vosges met l’Histoire à l’honneur. La 13e édition des Journées d’Histoire Régionale nous propose de découvrir notre patrimoine sous l’angle des « transports et communications ». Initiés par le Comité d’Histoire Régionale de la Région Grand Est, ces deux jours d’animations, de reconstitutions, de conférences et d’ateliers vont nous faire voyager dans le temps. Vianney Muller, responsable du Comité d’Histoire Régionale, nous présente le programme où une large place est faite aux enfants et aux familles. 

Après la géographie, Saint-Dié-des-Vosges accueille l’histoire. Un hasard ?

Vianney Muller – Ces deux disciplines sont étroitement liées… Pour la thématique de cette 13e édition des Journées d’Histoire Régionale, le choix de Saint-Dié-des-Vosges s’imposait naturellement. La Déodatie – passage entre la Lorraine et l’Alsace, haut lieu de la cartographie au XVIe siècle – s’accorde parfaitement avec la thématique « transports et communications », d’autant que son maire, David Valence, est agrégé d’histoire et vice-président la région Grand Est délégué aux Transports, déplacements et infrastructures.

Doit-on forcément être passionné d’histoire et érudit pour y assister ?

V.M. – Non bien sûr. Le programme est ouvert à tous. L’histoire permet de comprendre le présent or, aujourd’hui, les idées reçues sont nombreuses. On pense par exemple que plus on remonte dans le temps moins les populations se déplaçaient, ce qui est faux pour certaines catégories de la population. Certains phénomènes sont méconnus et on oublie souvent que les conflits ont été de véritables accélérateurs de technologies pour les transports et les communications. C’est tout cela, et bien d’autres choses, que nous allons aborder, de façon accessible et ludique avec les 90 associations et professionnels qui participent à l’événement et n’ont pas manqué de nous proposer des sujets originaux.

Commençons peut-être par le jeune public et les familles.

V.M. – Je pense qu’ils vont être captivés par les deux associations de reconstitutions historiques. La première propose la reconstitution d’un garage 1900 autour de la mythique Renault AG 1908. Que pouvait être le métier de garagiste du temps de l’automobile « artisanale » ? La seconde reproduit un campement militaire pendant la grande guerre et expose une ambulance hippomobile – en 1914 les chevaux étaient omniprésents, tandis qu’en 1918 les véhicules à moteur ont pris une large place – et un central téléphonique, une technologie apparue quelques décennies avant la Grande Guerre. Le dimanche matin, ils pourront assister au rassemblent de voitures anciennes et motos, situé place du marché. Autre temps-fort : l’envol de la montgolfière de la Région Grand Est, référence au scientifique messin, Pilâtre de Rozier,
qui ne fut pas l’inventeur mais le pilote de ce premier « objet volant » en 1783. Un moment magique à ne pas rater, si la météo le permet. Deux séances de cinéma, à 14h au musée, sont pensées pour les enfants et les parents. Le film d’animation Le Petit Prince, adapté de l’œuvre célèbre de Saint-Exupéry, pilote de l’aéropostale n’a plus besoin d’être présenté. Le dessin animé Tout en haut du monde de Rémi Chayé – soutenu par la Région Grand Est – emmènera le jeune public à suivre l’épopée de son héroïne, Sacha, vers le Grand Nord ; rappelant que parcourir la totalité du globe n’est possible que depuis un siècle.

Les enfants pourront aussi participer à des ateliers…

V.M. – Effectivement, ils pourront y construire un cerf-volant ou une fusée à eau et apprendre les principes du vol et de la poussée aérodynamique utilisés dans les transports aériens (il est vivement recommandé de s’inscrire). Avec l’atelier Comment vider un puits de mine à la Renaissance ? ils découvriront, en costume d’époque, comment on transportait le minerai au XVIe siècle. Les ateliers durent entre une et trois heures, permettant aux parents d’assister pendant ce temps aux conférences et cafés-Histoire ou de découvrir les expositions et stands !

Là aussi le programme est copieux et les sujets variés.

V.M. – Commerce, géopolitique, religion, loisirs,… nous allons évoquer toutes les raisons qui ont amené les femmes et les hommes à se déplacer depuis l’Antiquité, jusqu’à la question de la mobilité aujourd’hui. Le dimanche matin, deux conférences seront consacrées plus particulièrement au territoire de Saint-Dié. On pourra découvrir, grâce aux découvertes archéologiques, les indices de déplacements et les voies de transports dans l’Antiquité. On explorera  les contraintes et enjeux de l’implantation ferroviaire au tournant des XIXe et XXe siècle à travers l’exemple des percées ferroviaires des Vosges déodatienne autour de la Grande Guerre. Le fret civil et militaire sera également évoqué par une spécialiste de l’Inventaire général du patrimoine, service de la Région Grand Est, avec l’exemple de la ligne Neufchâteau-EpinalLa conférence Lalique et l’art du voyage, sur l’aménagement des trains, abordera les voyages d’agrément de la haute société à l’époque coloniale. La navigation fluviale est aussi évoquée ainsi que le transport clandestin et les voies de passage des résistants. Notons aussi la conférence sur le télégraphe optique en Lorraine sous Napoléon et son inventeur, Claude Chappe, premier entrepreneur des télécommunications. Avec la conférence sur le transport de la bière, on s’apercevra que le commerce au long cours est bien plus ancien qu’on ne le croit souvent. Tous ces sujets nous éclairent sur notre société et notre façon d’intégrer le progrès technique. La Poste, fut le pionnier du véhicule électrique en… 1899 ; une conférence est consacrée à ce sujet. Pour aborder la « mobilité douce »  qui nous préoccupe aujourd’hui, l’association L’Engrenage animera un atelier de réparation de vélos et collectera les vieux vélos.

La SNCF, qui fête ses 80 ans, appelle à la collecte de documents ?

V.M. – Elle tient une place particulière dans l’esprit de bien des générations d’usagers et souhaite recueillir des informations sur les relations qu’ils entretiennent avec le train. Billets de trains anciens, objets publicitaires, publicités, mais aussi carnets de voyages, impressions, photographies,… Elle collecte tout ce qui a trait à la façon dont nous occupons notre temps de transport. Pour en savoir plus, consultez https://collection80.sncf.com. L’occasion d’ajouter notre témoignage à l’histoire des transports.

Propos recueillis par F. F.

13e édition Journées d’histoire Régionale

Voyage au cœur de l’histoire – Transports et communications

Le samedi 5 mai de 14 h à 18 h et le dimanche 6 mai de 9 h 30 à 18 h.

Espace François Mitterrand, Saint-Dié-des-Vosges

Entrée libre

Manifestation organisée par le Comité d’Histoire Régionale, un service de la Région Grand Est.

Informations et programme complet sur : http://chr.grandest.fr